droits-humains

19 janvier, 2009

La Tunisie…

Classé dans : — justeurope @ 12:28

LA TUNISIE S’ENFONCE DANS LA CRUAUTE DE LA CAPTIVITE

Pour tout ceux qui ne connaissent toujours pas le drame de madame Sameh Harakati, nous voulions rappeler les circonstances qui l’on conduite en prison.

Son cauchemar a commencée le 07 novembre 2006, la justice tunisienne l’a jetée ce jour là en prison pour la condamner un an plus tard à onze années de prison ferme.

Après son verdict en appel, madame Sameh Harakati a été condamnée à six années de prison ferme, l’accusation de terrorisme ayant été abandonnée. 

Toute l’accusation a uniquement reposée sur le témoignage d’un criminel multirécidiviste. Aucune preuve matérielle à charge n’a pu être enregistrée.

 smallsousou20hotel201jpg.jpg

Le témoignage de la victime du braquage a soutenu la version de madame Sameh Harakati, de plus l’unique témoin à charge est revenu sur ses affirma tions en dédouanant la jeune femme durant le procès en appel.

Les juges ont tout de même maintenu l’accusation de complicité de braquage à main armée.

Les deux versions opposées du principal criminel ont fait douter la partie civile.

Mais le doute ne doit-il pas profiter à madame Sameh Harakati ?

Après deux années de prison ferme avec des journées dignes d’un passage en enfer, la Tunisie est aujourd’hui responsable des conditions de sa captivité.

Effectivement depuis le transfert de madame Sameh Harakati à la prison de Messaadine à Sousse (4013), son état de santé s’est encore plus aggravée.

Cette captive de l’injustice souffrirait d’une très grave maladie liée au manque d’hygiène de l’établissement pénitencier.

Depuis quelques temps madame Sameh Harakati ferait des séjours en urgence à l’hôpital, séjour dû à l’hépatite dont elle vient d’hériter.  

L’état général de cette femme est très préoccupant, il ne devrait pas s’améliorer dans les prochains jours.

La Tunisie devra rendre des comptes sur la gravité de l’état de santé de cette jeune femme qui met en danger sa propre vie.

Pour compléter ce tableau dramatique, nous venons d’être informé que les mandats financiers ne lui parviennent pas, ils seraient détournées en même temps qu’une partie des contenues des colis postaux, c’est un cataclysme humanitaire.  

Notre devoir est de suggérer à la Tunisie de rétablir dans les meilleurs délais, la liberté à madame Sameh Harakati.

La liberté d’une femme n’a plus aucune valeur si celle-ci est décédé.

Comité de lutte pour la libération de madame Harakati Sameh

le 30 novembre 2008

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

On Veut Pas Martine Aubry |
legraindesable |
Le blog des jeunes socialistes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A l'ouest du nouveau
| monaco-2008.org
| محمد...